Les déchets

Les déchets

Les déchets

Halte au gaspi !

La meilleure gestion des déchets c’est d’éviter d’en avoir

  • J'opte pour la "cabas attitude" : je remplace les sacs en plastique par un sac ou cabas réutilisable pour faire mes courses, surtout qu'un sac en plastique met 450 ans à se dégrader dans la nature !
  • J’évalue mes achats pour éviter le gaspillage . 2% des déchets sont composés d’aliments non consommés et encore dans leurs emballages.

Les piles

Les piles sont considérées en Europe comme des déchets dangereux. Les métaux lourds qui les composent impactent gravement l’environnement et la santé. Pour limiter mon impact sur l’environnement et réaliser des économies, j’effectue quelques gestes essentiels.

  • J’opte pour des piles rechargeables , qui peuvent être utilisées jusqu’à 500 fois contrairement à une pile classique qui a un usage unique. Elles durent jusqu’à 5 fois plus longtemps et sont plus économiques sur le long terme
  • Je choisis un chargeur de pile solaire  qui me permet de recharger mes piles partout et gratuitement grâce à l’énergie solaire
  • Aujourd’hui, moins de 30% des piles sont collectées pour être recyclées. Pourtant, que ce soit pour des piles rechargeables ou des piles à usage unique, il est primordial de savoir où déposer ses piles usagées
  • Je vérifie que mes piles sont vraiment déchargées  avant de les emmener dans un lieu de collecte
  • Je ne jette pas mes piles à la poubelle ,  je les dépose dans les points de collecte (dans les conteneurs prévus à cet effet dans ma déchèterie, dans ma mairie, dans mon supermarché…). En France, les vendeurs de piles ont l’obligation légale de les reprendre

Le saviez-vous ?

Recycler vos piles permet d’économiser les ressources naturelles de métaux qui les composent : zinc, manganèse, cadmium,… En effet, ces matières premières peuvent être récupérées et réintroduites dans le circuit de fabrication des piles.

De plus, le zinc peut également être transformé en gouttières et toitures, le manganèse réutilisé pour des peintures anti-rouille et le mercure peut servir pour des applications pharmaceutiques.

Le Recyclage

  • Je trie non seulement le papier mais aussi le plastique, le verre et l’aluminium.  De plus, en recyclant le verre, mes déchets ménagers sont allégés de 13%  !
  • Les ampoules et les piles nécessitent aussi un recyclage spécifique , c’est pourquoi je pense systématiquement à les ramener dans un hypermarché, un magasin spécialisé ou à la déchetterie la plus proche de chez moi. En savoir plus sur le recyclage des ampoules
  • J’utilise des cartouches d’encre rechargeables  : c’est deux fois moins cher et infiniment moins polluant !

Le tri des déchets

Chaque jour, je prends soin de trier mes déchets :

• dans les poubelles de tri sélectif,

• à la déchetterie de mon quartier.

Je recycle le papier à la maison et j'installe une poubelle spécifique pour mes journaux, cahiers, cartons d'emballage... Je dépose ensuite les papiers dans le conteneur approprié, parce qu'une tonne de papier recyclé c'est 3 à 5 tonnes de bois économisés.

Pour réduire le volume de déchets à traiter, je privilégie le papier recyclé pour mes besoins quotidiens. La fabrication du papier recyclé consomme 60% d'eau et d'énergie en moins  que le papier neuf.

Le compost

Le processus de compostage

Les déchets mis en compostage se transforment avec de l’oxygène, de l’eau et des organismes (des bactéries, champignons aux acariens et autres insectes). Les matières changent d’aspects et deviennent du compost riche en oligo-éléments. Celui-ci améliore la fertilité de mes sols et sa capacité de rétention d’eau. Il contribue également à la croissance des plantes et aide à développer un bon système racinaire.

Que composter ?

Les matières organiques compostables telles que les céréales, les fruits et légumes, les déchets verts, le papier journal, les mouchoirs, les sachets de thé…

Attention !  Certains déchets se dégradent plus difficilement :

  • Les déchets ligneux ou durs  qu’il vaut mieux broyer avant : branches, os, noyaux, coquilles…
  • Les graines de certaines plantes qui peuvent regermer  : tomates, potirons et quelques mauvaises herbes.
  • Les coquilles d’œufs et coquillages  qui ne se décomposent pas mais apportent des éléments minéraux et facilitent l’aération du compost.

Les déchets à ne pas composter

Les matières plastiques, tissus synthétiques, verres et métaux car ils ne se dégradent pas. J’évite également les litières pour animaux, les noix, les arrêtes de poissons, les graisses, les écorces d’agrumes, le sable et la terre.

Les outils de compostage

  • Une poubelle ou un sceau pour sélectionner les déchets de cuisine ou déchets organiques
  • Un lieu adapté : soit un tas de compost soit un composteur fermé
  • Une fourche pour brasser le compost
  • Une brouette pour transporter les déchets ou le compost
  • Une hache ou un sécateur voire un broyeur pour réduire la quantité à traiter
  • Un grillage fixé sur un cadre pour tamiser le compost mûr

Les règles d’or

  • Je mélange les différentes catégories de déchets .  Pour faire un bon compostage, il faut mélanger les différentes matières : les humides avec les sèches, les grossières avec les fines…
  • J’aère les matières.   Si l’air ne circule pas dans mon compost, les organismes s’asphyxient et sont remplacés par d’autres qui produisent des gaz à effet de serre. Pour cela il faut le brasser régulièrement. De plus un compost suffisamment aéré ne sent pas mauvais.
  • Je surveille l’humidité.   Le compost doit être ni trop humide ni trop sec afin de ne pas stopper le processus.
  • Je suis l’évolution de mon compost.   Mettre des déchets frais régulièrement dans mon compost est une bonne occasion d’examiner les produits. Le surveiller dans son évolution est le secret de la réussite.

Comment savoir que votre compost est mûr ?

Le processus de compostage peut prendre de deux mois à deux ans en fonction des déchets, de la fréquence de brassage et du climat. Un compost mûr a un aspect homogène, de couleur sombre, une agréable odeur de terre de forêt et une structure grumeleuse qui s’émiette.

Comment utiliser votre compost ?

  • Au potager :  je mélange à la terre dans les trous de plantations  afin que les racines qui se développent bénéficient des nutriments du compost.
  • Pour les arbres fruitiers :  je répartis sous la couronne de feuilles un centimètre de compost chaque année. Pour une plantation, j’incorpore du compost dans le trou de plantation.
  • En jardinières ou plantes d’intérieures  : je mélange un tiers de compost, un tiers de terre et un tiers de sable .
  • Pour les jardins d’agréments (pelouse, végétation générale, massifs floraux) :  j’incorpore du compost dans les 10 à 15 premiers centimètres des trous de plantation.
Votre Espace client d'ÉS

Votre Espace client

Gérez vos contrats
Payez vos factures
Déménagez en ligne

Créez
Tarif Bleu

Tarif Bleu

La sécurité d’un tarif fixé par l’Etat

Découvrez
Facture électronique

Facture électronique

Plus de papier à trier
Des factures conservées 5 ans
Un geste pour l’environnement

Souscrivez